12.03.2019

Grand débat : Ile-de-France, l’ambassadrice de l’expertise nucléaire française (9/9)

sergey_molchenko_-_shutterstock.jpg
Par Maruan Basic, SFEN

La région capitale est la vitrine de l’expertise nucléaire française à l’international. L’Ile-de-France compte 59 000 emplois dans le secteur et parmi les meilleurs centres de formation du monde dans la R&D nucléaire. Depuis la COP 21, Paris est le fer de lance de la lutte contre le changement climatique. Elle peut s’appuyer sur le savoir-faire d’une filière bas carbone.

L’Ile-de-France ne possède pas de centrale nucléaire sur son territoire, elle peut néanmoins compter sur la production électronucléaire des régions voisines (Normandie, Centre-Val de Loire et Grand Est) pour assurer son approvisionnement en électricité. Pour autant, la région est un vivier de talents pour toute la filière nucléaire. En témoigne le développement du plateau de Saclay, situé à environ 20 km au sud de Paris. EDF a implanté ses laboratoires de R&D rejoignant ainsi le CEA et son nouveau centre (le plus important des 10 centres du CEA) qui regroupe aujourd’hui les établissements historiques de Fontenay-aux-Roses et de Saclay et compte 7 000 chercheurs. Le plateau bénéficie également de la présence de nombreuses Grandes Ecoles (Polytechnique, Centrale, Supélec, ENS Cachan), d’Université (Paris-Orsay) et de sept centres de recherche de l’INSTN (labélisé par l’AIEA). Un véritable pôle d’expertise dans la recherche nucléaire s’y est constitué, offrant une synergie unique en Europe entre entreprises, recherche fondamentale et enseignement supérieur. Ce mouvement s’est renforcé avec la création en 2010 de l’I2EN (l’institut international de l’énergie nucléaire) qui rassemble l’ensemble des acteurs français impliqués dans la formation des personnels de la filière nucléaire. L’institut veille également à accueillir des étudiants étrangers, participant ainsi au rayonnement de la filière nucléaire française à l’international.

De nombreuses organisations nationales et internationales du secteur siègent en Ile-de-France. Les services centraux de l’ASN et de l’IRSN, reconnues mondialement pour leurs compétences et leurs expertises dans la sûreté nucléaire, la radioprotection, l’environnement, les sièges sociaux de grandes entreprises (EDF, Orano, Framatome…), ainsi que l’Agence pour l’énergie nucléaire de l’OCDE. Toutes disposent de leur implantation principale en région parisienne. De plus, tous les deux ans, la région accueille le salon international du nucléaire : World Nuclear Exhibition. La dernière édition, en juin 2018, avait accueilli pas moins de 680 exposants venus de 35 pays.   

Moteur de l’accord international sur le climat, Paris est devenu le symbole de la lutte contre le changement climatique. En développant les usages de l’électricité bas carbone qui n’émet pas de polluants atmosphériques, la métropole pourra atteindre à la fois ses ambitions de développement économique, de qualité de vie et de protection de l’environnement. La réalisation du Grand Paris, la modernisation du réseau de transport, l’intégration des nouvelles technologies pour rendre les villes plus « intelligentes », et l’accroissement de la population devraient entraîner une hausse de 16 % des besoins en électricité d’ici 2030, selon RTE. Plus que jamais, l’Ile-de-France pourra compter sur l’expertise des employés de la filière nucléaire pour développer une énergie bas carbone, sûre et compétitive dans les décennies à venir.