11.07.2019

L'Etat tchèque soutient de nouvelles unités nucléaires

temlin.jpg
Traduit du WNN par la rédaction (SFEN) - Crédit Photo ©EDF - Martin D. Vonka - SHUTTERSTOCK

Le gouvernement tchèque a donné un premier accord à Elektrárna Dukovany II, filiale de l'entreprise de services publics ČEZ, pour la construction d'au moins un nouveau réacteur nucléaire. La décision a été annoncée dans une résolution gouvernementale publiée lundi par le ministère de l'Industrie et du Commerce.

La politique énergétique de la République tchèque approuvée par le gouvernement en juin 2015 prévoit la création d'une nouvelle unité à Dukovany et éventuellement de trois autres sur les sites de Dukovany et de Temelín. Le gouvernement avait alors recommandé à l'entreprise de services publics ČEZ, qui possède et exploite les deux centrales nucléaires du pays, de créer une filiale pour préparer les plans de construction et explorer les options de financement des nouveaux réacteurs.

Selon la résolution publiée hier (le 8 juillet 2019), le gouvernement fournira à ČEZ, détenue à 70 % par l'État, des garanties pour l'aider à réduire les coûts du financement de la construction. La construction d'une unité supplémentaire sur le site de Dukovany devrait débuter d'ici quelques années et les fournisseurs seront choisis d’ici à 2024.

Premièrement, un nouveau réacteur d’au moins 1 200 MW serait construit sur le site actuel de Dukovany pour être connecté au réseau électrique à l'horizon 2035 afin de remplacer les quatre unités en exploitation dont l’arrêt est prévu entre 2035 et 2037. Le gouvernement prévoit aussi d'ajouter ultérieurement de nouvelles capacités sur le site de ČEZ à Temelín.

La résolution indique que :

« L'investisseur sera Elektrárna Dukovany II, filiale à 100 % de ČEZ. Un contrat sera conclu entre l'État et le groupe ČEZ, ce qui permettra à l'entreprise d'obtenir un crédit au même taux que si c’était l’Etat qui empruntait. L’État garantira également la stabilité de l’environnement législatif et réglementaire ainsi qu’une compensation éventuelle en cas de changement, l’État ne garantissant pas le retour d’un contrat pour différence (CfD), comme le gouvernement britannique pour Hinkley Point. Le modèle d’investisseur choisi constitue la base des négociations avec la Commission européenne ».

De plus la décision de construire de nouvelles unités aura un « impact majeur » sur la capacité du pays à respecter ses engagements en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le gouvernement estime que la construction de nouvelles capacités nucléaires est une condition préalable pour garantir la sécurité d’approvisionnement en électricité et l’autarcie énergétique de la République tchèque. La construction fait partie intégrante des intérêts fondamentaux de la sécurité des États, où les centrales nucléaires font partie des infrastructures critiques. Dans le cadre de la préparation et de la mise en œuvre du projet de nouveaux réacteurs, le modèle d’investisseur retenu assurera les intérêts fondamentaux de l’État en matière de sûreté et de sécurité.

Le ministre de l'Industrie et du Commerce, Karel Havlicek, aurait déclaré lors d'une conférence de presse à Prague après une réunion au sommet de l'état que le gouvernement « passait de l'étape de la construction de nouvelles capacités nucléaires à celle de prendre des mesures spécifiques pour se préparer à de nouvelles capacités ».

La résolution stipule que : « Il sera nécessaire de discuter du modèle choisi avec la Commission européenne en ce qui concerne les règles du marché intérieur de l'UE. Il sera également nécessaire de proposer un processus opérationnel pour assurer la construction d'une nouvelle tranche, de sorte que l'État puisse surveiller sa sûreté à tout moment de sa construction ».

Le gouvernement a également approuvé une augmentation du budget alloué au ministère afin de préparer la construction de centrales nucléaires et a constitué une équipe d’experts avec Jaroslav Míl pour la diriger sur la période 2019-2022. L'équipe consultative de Míl sera composée de cinq membres, qui sont tous des « experts de renom » dans les domaines de l'énergie nucléaire et de la construction ; Jan Vacík, Vojtěch Michalec, Jaromír Novák, Vladivoj Řezník et Jana Siegerová.

La résolution indique également que, « comme cela a été le cas pour des projets similaires au Royaume-Uni, en Hongrie, en Finlande et dans d'autres pays européens », la « grande majorité des dépenses » sera utilisée pour conclure des contrats avec des « entités spécialisées », notamment juridiques, cabinets de conseil et d’audit avec des « références éprouvées » issus de projets de centrales nucléaires en Europe ces dernières années.

Le « rôle important » du Premier ministre est également souligné. Andrej Babiš, préside le Comité permanent de l'énergie nucléaire depuis l'année dernière. Le comité est composé de représentants de tous les partis et mouvements politiques représentés à la Chambre des députés. « En effet, un consensus politique est essentiel pour construire de nouvelles capacités de ressources », indique le rapport.

« La République tchèque a besoin d'une nouvelle centrale nucléaire pour maintenir son indépendance énergétique sur la base des ressources existantes. L’ancienne usine Dukovany doit être aménagée avant Temelín.  Les nouvelles unités de Dukovany devraient être remplacées par de nouvelles dans 20 à 30 ans », indique Andrej Babiš.

« En ce qui concerne le projet de nouvelles capacités nucléaires sur le site de Temelín, le gouvernement a décidé de le maintenir de sorte qu'il puisse être mis en place à tout moment. »

« Il s'agit bien sûr d'une politique respectueuse de l'environnement, car les nouvelles centrales nucléaires constitueront une source stable d'électricité et de chaleur à faibles émissions », indique la résolution. « La construction contribue à la réalisation de la politique énergétique de l'État qui prévoit de porter la part de l'énergie nucléaire dans la production d'électricité d'environ 30 % aujourd'hui, à 46 %, puis à 58 %. La consommation de charbon se réduira progressivement en accord avec la protection de l'environnement et avec l'épuisement des ressources minérales ».