06.09.2019

Diversification minière pour Orano en Ouzbékistan

56888-118827_01.png
Cécile Crampon (SFEN) - © Crédit photo Orano - Amankulov Janarbek Aman

Orano vient de signer un accord de partenariat avec l’Etat ouzbèke, représenté par le comité d’Etat pour la géologie et les ressources minérales (GoscomGeology), pour développer des activités d’exploration et d’exploitation minières en Ouzbékistan.

Créée il y a quelques mois, GoscomGeology est une société détenue à 51% par Orano et à 49% par l’Etat Ouzbèke. L’objectif est de collaborer sur des projets miniers dans l’uranium en Ouzbékistan. Ce partenariat devrait commencer avec des travaux de sondage, à conduire, notamment dans la région de Navoï, au cœur de la province uranifère du Kyzylkoum, située en zone désertique, dans le premier semestre 2020.

Pour Bobir Islamov, Président de GoscomGéology, « notre pays est riche en ressources minérales et a une industrie minière développée. Le pays exploite des gisements de classe mondiale comme le gisement aurifère de Muruntau, le gisement porphyrique de cuivre de Kalmakyr et des mines d’uranium de type Outchkoudouk dans la province de Kyzylkoum. Afin de diversifier notre industrie uranifère et créer de nouvelles capacités de production par la mutualisation des compétences et de l’expertise de deux parties, nous avons conclu aujourd’hui avec Orano un accord de partenariat qui consolide nos efforts et permet de réaliser des projets mutuellement bénéfiques ».

Comme Orano, l’Ouzbékistan dispose d’une longue expérience dans l’exploitation des gisements d’uranium, en particulier en In situ recovery (ISR) une solution envisagée à terme. La méthode de récupération in situ est appliquée à des gisements à faible teneur et avec des caractéristiques géologiques spécifiques. Pour accéder au minerai, des forages sont réalisés. Une solution lixiviante est injectée afin de dissoudre l’uranium. Cette solution est ensuite pompée pour en extraire l’uranium. Cette méthode nécessite des couches sableuses perméables porteuses de minéralisation, confinées par des couches d’argiles imperméables

Outre ce partenariat dans le domaine minier de l’uranium, le Ministre de l’énergie ouzbek Alicher Soultanov a confirmé, il y a quelques mois, un projet de centrale nucléaire composée de 4 réacteurs, situé à proximité du lac Tuskan. L’ambition est de démarrer la première unité avant 2030. Actuellement, l’Ouzbékistan produit 88 % de son électricité à partir de ses réserves en gaz naturel, qui à terme, seront destinées à l’export.