26.06.2018

Daher accélère dans la maintenance prédictive et développe des vannes intelligentes

vanne-vanatome-2.jpg
Par la rédaction

Dès 2019, Daher commercialisera des vannes intelligentes connectées, permettant une maintenance prédictive de ces pièces essentielles à l’exploitation des centrales nucléaires.

Dans le nucléaire, comme dans d’autres industries, la maintenance est une étape essentielle de l’exploitation des usines. Son anticipation et sa planification sont des facteurs clefs de compétitivité. C’est dans cette optique que les outils numériques sont de plus en plus mobilisés pour améliorer la prédictivité de la maintenance. Les vannes, composants essentiels des circuits des installations nucléaires, n’y échappent plus. Daher vient ainsi d’annoncer qu’il commercialiserait dès 2019 des vannes intelligentes connectées. Acteur de l’énergie au sens large, le groupe développe déjà depuis années des vannes haute performance pour le nucléaire et l’oil & gas.

La maintenance prédictive sur vannes intelligentes développée par Daher consiste à équiper les vannes de capteurs et à les relier à une plateforme IOT (développée par Nexess), permettant de capter des signaux faibles dans la signature de la vanne (un rythme de vibration, une température, débit,…), et donc de prévoir les éventuelles pannes. « En cas d’écart par rapport à cette signature, on peut voir qu’une vanne se dégrade et prévoir son remplacement. Cela permet d’éviter de travailler dans l’urgence et de remplacer trop tôt un outil encore opérationnel » explique ainsi David Candella, Sales & Business Development Manager chez Daher.

Aujourd’hui, il existe deux types de plans de maintenance choisis par les exploitants :

  • Le changement de la vanne systématique de manière périodique selon un plan de maintenance prédéfini, et ce même si la vanne est en parfait état, ce qui entraine des pertes financières.
  • Le changement de la vanne en cas de panne entre deux plans de maintenance, signifiant souvent un arrêt de la ligne pouvant engendrer des coûts supplémentaires. A ce temps d’arrêt s’ajoute des temps supplémentaires d’identification de la panne, de commande d’une nouvelle vanne, de livraison, d’installation, etc.

D’après Daher, leur vanne intelligente pourrait permettre aux exploitants des économies de coût de maintenance de l’ordre de 10 à 15 %. « Actuellement, précise David Candella, lorsqu’une dégradation sur une vanne est constatée, l’exploitant est déjà dans le rouge. Cette vanne permettra de réduire le nombre d’arrêts d’urgence. » Pour le nucléaire, éviter les arrêts d’urgence est d’autant plus important qu’un jour d’arrêt réacteur avoisine un million d’euros. Cette innovation pourrait donc avoir un impact important en faveur de la performance des parcs nucléaires dans le monde.