30.09.2019

Bill Gates : nucléaire, innovation, climat

Bill gates
La rédaction (SFEN) - Crédit photo © Kuhlmann /MSC

Netflix a récemment mis sur sa plateforme un documentaire dédié à Bill Gates. La série « Dans le cerveau de Bill Gates » se compose de trois épisodes d’une durée d’une heure. Le dernier se concentre sur son engagement pro-actif pour l’énergie nucléaire afin de lutter contre le changement climatique. Le documentaire permet de revenir, à travers Bill Gates, sur les questions climatiques, sociales et politiques autour de l’énergie nucléaire.

                Le documentaire aborde trois aspects de la vie de Bill Gates, son engagement pour l’amélioration des systèmes sanitaires des pays en voie de développement, ses relations et son engagement personnel dans la lutte contre le changement climatique.

Il nous faut des solutions innovantes dans beaucoup de domaines différents

L’innovation comme solution

Le « milliardaire philanthrope » cherche des solutions technologiques aux problèmes rencontrés sur la planète. Concernant le défi énergétique et climatique le co-fondateur et président de la start-up Terra Power, met l’innovation et le nucléaire au cœur de sa démarche tout en soulignant qu'il faut transformer « tous les secteurs qui émettent du CO2 » y compris le transport et le logement.

Le nucléaire est idéal pour lutter contre le changement climatique, car il s'agit de la seule source d'énergie pilotable, sans carbone et disponible 24h/24, Bill Gates, Lettre ouverte, 2018

Créée en 2008, Terra Power développe deux réacteurs de quatrième génération : un réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium (RNR-Na), le Traveling Wave Reactor (TWR) ou réacteur à ondes progressives en français, développé dès 2008 ; et un réacteur à sels fondus, le Molten Chloride Fast Reactor (MCFR), développé dès 2012.

Le projet bousculé par la rivalité sino-américaine

Bill Gates, soulignant les compétences de constructions chinoises, souhaitait négocier une coopération sino-américaine afin de concrétiser le projet TWR. Mais cette coopération n’a pas survécu à l’affrontement commerciale des deux nations, en particulier lors du durcissement des conditions d’exportation de technologies nucléaires américaines vers la Chine sous l’administration Trump. Il a donc décidé de poursuivre le projet… aux Etat-Unis, comme lui a officiellement proposé le président américain.