03.07.2017

Audrey Casteleira, pilote de l’étude ergonomie du projet Holo Help Vision d’AREVA NP

audrey_casteleira.jpg
Par Tristan Hurel (SFEN)

Ingénieure sécurité, Audrey Casteleira pilote l'étude ergonomie des lunettes à réalité augmentée HoloLens qui déterminera la faisabilité de l'intégration de cet outil au sein des équipes opérationnelles d'AREVA NP, dessinant les contours de l'intervenant 4.0.

À 30 ans, Audrey Casteleira est ingénieure sécurité au sein de l’unité « IBX-OA » (animation et action opérationnelle) d’AREVA NP : l’équipe de sécurité de la base installée France en charge de toutes les problématiques sécurité et radioprotection sur sites. Dans ses fonctions, la jeune ingénieure pilote notamment l’étude ergonomie et sécurité des lunettes HoloLens que le groupe teste pour une future utilisation sur site.

Ce projet est né en 2016, lorsqu’Audrey pilotait l’étude ergonomie et sécurité des exosquelettes testés par AREVA NP en vue d’améliorer les conditions de travail de certains métiers. Dans ce cadre, le besoin d’utiliser des lunettes de réalité augmentée s’est fait sentir : « il fallait pouvoir reproduire un schéma d’étude ergonomique et sécurité sur un nouvel équipement avant de pouvoir l’utiliser ». Désormais, le projet va au-delà : « nous avons décidé de nous servir de l’HoloLens pour améliorer les aspects formation et intervention des opérateurs » explique Audrey, précisant que l’outil « va offrir une nouvelle manière de former les intervenants sur site nucléaire tout en améliorant la qualité de leurs interventions. » Anticipant la généralisation de l’utilisation de cette technologie dans une vingtaine d’années, l’ingénieure est confiante sur la capacité d’AREVA NP à l’utiliser en opérations dès 2018-2019, l’année 2017 devant permettre de réaliser tous les tests nécessaires.

L'HoloLens va offrir une nouvelle manière de former les intervenants sur site nucléaire tout en améliorant la qualité de leurs interventions

Tout n’est pas encore finalisé : « nous devons nous assurer qu’au moment où les lunettes seront utilisées elles n’auront pas de faille, qu’elles ne tomberont pas en panne, mais aussi que nos intervenants seront entraînés et totalement autonomes. » L’enjeu est de taille. AREVA NP pense que ces lunettes ont le potentiel de permettre notamment la réalisation d’expertises à distance, avec des gains attendus dans la sûreté et l’efficacité. Pour vérifier tous les aspects ergonomiques de l’HoloLens, le groupe veille à faire des études aussi poussées et précises que possible. Ne disposant pas de toutes les compétences dont il a besoin pour les réaliser, AREVA NP travaille avec de nombreux partenaires, dont l’université de Dijon et le centre ophtalmique de Lyon. D’une manière générale, Audrey Casteleira constate que ses équipes travaillent de manière croissante avec les services dédiés à la santé au travail. « Nous sommes de plus en plus sollicités par les projets pour donner notre avis sur la sécurité et prendre parti du début de l’intervention jusqu’à la fin. »

L’ingénieure sécurité réalise sa « chance de travailler sur des sujets assez exceptionnels » d’autant que « dans une entreprise comme AREVA NP nous avons encore l’opportunité de travailler sur de nouveaux équipements, de prendre le temps de les étudier avant de les mettre en place, avec l’objectif de nous améliorer et de faire évoluer positivement les conditions de travail des salariés ».

Épanouie dans son travail, cette Iséroise d’origine ne se destinait pourtant pas à travailler dans le nucléaire. Le bac en poche, Audrey voulait devenir professeure des écoles et fait une licence d’anthropologie-sciences du langage. Désireuse de se réorienter, elle effectue un master qualité et sécurité en alternance dans la centrale nucléaire de Saint-Alban (Isère). Une expérience qu’elle ne regrette pas : « à partir du moment où j’ai eu un pied dans le nucléaire, j’ai voulu continuer dans ce domaine vraiment intéressant pour lequel je ne me prédestinais pas du tout à l’origine. »