24.03.2020

L’AIEA fournira des tests pour lutter contre le Covid-19

iaea-seibersdorf-12.jpg
La rédaction (SFEN) - Crédit photo © AIEA - Laboratoires de Seibersdorf en Autriche

Les scientifiques du monde entier se mobilisent contre la pandémie mondiale de Covid-19. Le 9 mars, le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Mariano Grossi, a annoncé que des formations du personnel soignant et des tests seront fournis gratuitement aux pays demandeurs.

A travers le monde, 14 pays ont demandé l’aide de l’AIEA qui fournira non seulement des tests mais également des formations au personnel médical, médecins et vétérinaires. Une action qui entre dans le cadre d’un programme lancé en 2010 par l’AIEA pour la santé humaine et animal. L’AIEA était d’ailleurs mobilisée de la même manière sur d’autres épidémies comme en Afrique de l’Ouest en 2013 avec Ebola.

La formation permettra aux vétérinaires de détecter au plus tôt les virus zoonotiques. Les zoonoses sont des maladies ou infections qui se transmettent des animaux vertébrés à l'homme, et vice versa. D'après l'Organisation mondiale de la santé animale, 60% des maladies infectieuses humaines sont zoonotiques[1].

« Les participants seront formés aux procédures de biosécurité pour se protéger lors de l'échantillonnage et de l'analyse et pour éviter toute contamination externe supplémentaire. Ils recevront des trousses à outils d'urgence avec des équipements de protection individuelle, des réactifs de diagnostic spécifiques et des consommables de laboratoire. Un certain nombre de laboratoires nationaux recevront également des équipements supplémentaires, tels que des armoires de sécurité biologique et des appareils de RT-PCR en temps réel » précise le communiqué de l’AIEA. Les tests RT-PCR permettent de détecter le virus et il était auparavant réalisé avec une source radioactive (phosphore P32) mais aujourd’hui les sources « froides » sont privilégiées.

Une première formation au Laboratoire de Seibersdorf en Autriche rassemblera des experts de pays de l’hémisphère sud : Cambodge, Côte d’Ivoire, République du Congo, Ethiopie, Kenya, Madagascar, Malaisie, Mongolie, Philippines, Sri Lanka, Thaïlande et Vietnam.

Au sein du Laboratoire de Seibersdorf, il y a 8 entités qui travaillent sur différentes applications du nucléaire dont la stérilisation des insectes vecteurs de maladies (la mouche tsé-tsé par exemple), la protection des aliments et des denrées alimentaires et la lutte contre les maladies zoonotiques. Cette formation permettra de lutter contre le Covid-19 mais également contre de futures épidémies de Coronavirus.