06.11.2017

8/10 - L'industrie nucléaire chinoise en quête d'internationalisation

karachi.jpg
Par Tristan Hurel, SFEN

Plus grand marché nucléaire de la planète, la Chine lorgne désormais au-delà de ses frontières. Capitalisant sur l’acquisition de différentes technologies nucléaires étrangères depuis les années 1980, le pays développe une gamme de réacteurs domestiques de 3e et 4e générations. Ses nouvelles technologies, portées par des entreprises présentes sur l’ensemble de la chaîne de fabrication nucléaire, donnent à la Chine des outils pour exporter son savoir-faire au-delà de ses frontières.

Une montée en gamme rapide

Un savoir-faire et une expérience importée puis nationalisée

L’industrie nucléaire civile chinoise a émergé au début des années 1970. Son démarrage réel s’est fait dans les années 1980, avec le projet de construction à Qinshan d’un premier réacteur à eau pressurisé de 300 MWe, le CNP-300 PWR, et, en parallèle, l’importation de la technologie française sur les réacteurs 900 MWe pour le projet de la centrale de Daya Bay. Dans les années 1990 et 2000, les technologies de réacteur russe (VVER) et canadien (Candu) ont également fait leur arrivée sur le marché chinois.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.