28.03.2019

5/10 - Utiliser l’atome pour protéger la biodiversité

creudit_edf_-_didier_marc.jpg
Par la rédaction

L’humanité se trouve confrontée à l’une des plus grandes menaces de son histoire : le dérèglement climatique et l’extinction progressive de la biodiversité. Si cette extinction découle en partie de ce phénomène, elle est  également liée à une pollution importante d’origine anthropique.

On peut parler d’une extinction de masse. Comme le rappelle Franck Courchamp, à l’heure actuelle, avec l’extinction quotidienne d’une dizaine d’espèces, la biodiversité décline 1 000 à 10 000 fois plus vite que le taux historique de déclin d’espèces : destruction d’habitats, invasions biologiques, surexploitation et changement climatique concourent à cet état, dont l’urgence se fait déjà ressentir.

Un certain nombre de pays dans le monde commencent à prendre en compte cette menace avec une intensité variable. Il importe d’appréhender ce défi avec toute la rigueur scientifique possible sans se laisser aller à une interprétation superficielle de la problématique et des solutions se proposant à nous. La principale source de cette extinction globale de la biodiversité est connue : la production et la combustion d’énergies à partir de ressources fossiles (charbon, pétrole, gaz) par les activités humaines (énergie, transports, industrie, habitat…).

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.

La suite du dossier

controles_infographiev3.jpg

La protection de l’environnement et de la biodiversité fait partie intégrante des obligations de tout exploitant nucléaire, sur toute la durée de vie, en amont et en...

gb_ii.jpg

L’usine Georges Besse II est spécialisée dans l’enrichissement de l’uranium naturel avant de le transformer en combustible utilisable pour les réacteurs nucléaires.​