08.11.2018

5/10 - Améliorer la constructibilité de l’EPR pour gagner en compétitivité

epr2.jpg.png
Par la rédaction

Dans la continuité industrielle de l’EPR, l’EPR 2 actuellement en développement est une configuration optimisée du réacteur de 3e génération. Il en retient tous les atouts : performance, puissance et référentiel de sûreté les plus élevés au monde. Sa manoeuvrabilité est optimisée pour s’intégrer dans le mix électrique de demain, à forte composante en renouvelables.

Avec cet EPR optimisé, le premier exploitant nucléaire mondial veut capitaliser sur le retour d’expérience des autres EPR et corriger les difficultés rencontrées sur les premiers chantiers. Pour cette raison, les équipes travaillent prioritairement à améliorer sa constructibilité et son industrialisation, et donc sa compétitivité.

Industrialiser pour améliorer la constructibilité

Cette compétitivité passe par des optimisations de design, le déploiement de méthodes et d’outils d’ingénierie plus performants, ou encore la limitation de reprises d’études liées à l’intégration de modifications de sûreté, en engageant dès la phase de basic design les échanges avec l’ASN sur la base d’un Dossier d’Options de Sûreté.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.

La suite du dossier

p1801_frj_8394.jpg

Interview de Xavier Ursat, Directeur Exécutif d’EDF en charge de l’ingénierie et du nouveau nucléaire sur les perspectives et les avancées de l'EPR.

121325.jpg

D'abord projet franco-allemand, l'EPR est devenu au fil des années le pilier de l'ingénierie nucléaire française permettant à la France de garder l'option nucléaire ouverte pour le renouvellement...