25.03.2019

1/10 - Interview de Michal Kurtyka, vice-ministre de l’Environnement de Pologne et président de la COP 24

michal_kurtyka.jpg
Par la rédaction

Vous avez présidé la COP 24 en décembre 2018. Quel bilan en faites-vous ?

Michal Kurtyla : La vocation de la COP 24 à Katowice était double : d’une part, finaliser le manuel d’application de l’accord de Paris pour une mise en oeuvre par tous les États signataires dès 2020, et d’autre part, enclencher le renforcement des engagements internationaux en termes de réduction de gaz à effet de serre (GES), pour nous donner une chance de limiter le réchauffement climatique à + 2 °C, voire à + 1,5 °C. Une politique climatique mondiale doit  nécessairement aller de pair avec une action politique globale. Nous sommes conscients que cela demande d’énormes efforts de la part de certains États. Ce en quoi l’accord de Katowice signé par 200 États a permis de conforter celui de Paris. 

Désormais, chaque pays s’engage à contribuer à la politique globale par des actions concrètes, pratiques, régulières et transparentes. Il est important d’encourager toute action dans ce sens pour créer, voire renforcer une solidarité en faveur de notre planète. Le concept d’engagement ne va pas sans celui de la solidarité qui est une idée très forte, très ancrée, et qui a marqué l’histoire de la Pologne.

La Pologne a une forte dépendance aux énergies fossiles, mais elle affiche de nouvelles ambitions. Quelles sont-elles ?

M. K. : La Pologne a rejoint l’Union européenne il y a presque quinze ans (le 1er mai 2004). Notre pays dépend de la combustion d’énergies fossiles, à commencer par le charbon, exploité depuis l’ère industrielle et qui constitue en soi un patrimoine industriel à part entière. Cette énergie emploie encore aujourd’hui plus de 80 000 personnes, surtout en Silésie, et produit plus de 80 % de l’électricité, ce qui permet de rendre notre pays indépendant. Cette situation énergétique très contrastée est intéressante car la Pologne porte des ambitions, parmi les plus fortes de l’Union européenne, pour procéder à une transition énergétique la plus efficace possible. C’est aussi le cas de l’Inde et de la Chine, en Asie, qui dépendent beaucoup des énergies fossiles, connaissent un développement économique rapide et régulier, et qui souhaitent aussi développer des énergies bas carbone.

Il n’est pas envisageable de conduire un pays sur le plan énergétique de manière aléatoire.

Aujourd’hui la Pologne vise le déploiement d’énergies bas carbone dont le nucléaire car c’est une énergie puissante, sûre, disponible 24h/24 et qui permettra de conserver notre indépendance énergétique. Fin 2018, le ministère de l’Énergie a lancé un projet soumis à consultation publique intitulé « Politique énergétique polonaise jusqu’à 2040 (PEP2040) », en vue de la mise en place d'un premier réacteur. L’objectif du gouvernement est d’atteindre 6 à 9 GW de capacité nucléaire d’ici 2043, ce qui représentera alors environ 10 % de la production d’électricité de la Pologne. Nous ne partons pas de zéro. Nous avons commencé à engager la transition énergétique et l’électromobilité. Savez-vous par exemple que la Pologne dispose davantage d’éoliennes terrestres que le Danemark ? Outre le développement de l’éolien offshore, nous comptons aussi sur la mise en place de parcs solaires photovoltaïques.

Sur le plan européen, nous avons été aux côtés de la France et de l’Allemagne pour soutenir l’objectif de 32 % d’énergies renouvelables en Europe d’ici 2030, dans la consommation finale brute d’énergie. Nous sommes  également conscients de nos limites. Une politique volontariste de transition énergétique a un prix qui se répercute sur le budget des ménages. Aujourd’hui, il faut savoir que la part de la facture énergétique d’un ménage polonais représente 10 % de son budget. Acheter une voiture électrique demande des efforts considérables, alors que le transport et l’habitat sont les deux premières causes de production de gaz à effet de serre en Pologne, comme partout dans le monde, en France aussi.

On peut noter encore de fortes oppositions au nucléaire, notamment dans les milieux environnementaux. Comment envisagez-vous une meilleure acceptation ?

M. K. : Je pense qu'il ne faut pas perdre de vue l’objectif de tous les États qui ont signé l’accord de Paris et l’accord de Katowice : celui de lutter contre le réchauffement climatique en conduisant des actions concrètes. Notre devoir est d’expliquer encore et encore nos choix énergétiques, et les raisons de ces choix. D’où viendra la sécurité énergétique au XXIe siècle ? Si nous arrivons à stocker l’énergie liée à l’électromobilité, les énergies renouvelables pourront davantage se développer. De même, peut-il être envisagé une révision du système énergétique permettant plus de flexibilité ? Notre devoir est de nous poser des questions avec pragmatisme et dans un dialogue ouvert avec toutes les parties prenantes. Notre devoir est de continuer d’assurer notre sécurité d’approvisionnement pour répondre à nos besoins constants et conserver notre indépendance énergétique. Il faut savoir que la croissance du PIB de la Pologne est proche de 5 % par an ; elle n’a pas été affectée par la crise financière et économique de 2008. Nous devons aussi nous poser les bonnes questions : par quoi peut-on remplacer le charbon responsable de nos émissions ? Les énergies renouvelables ont un coût de production du MWh comparable dans certains cas à celui des énergies conventionnelles. C’est plutôt bien.

Mais force est de constater que les renouvelables seuls ne sont pas aujourd’hui en mesure de répondre à tous nos besoins, car ils dépendent des conditions météorologiques. Il n’est pas envisageable de conduire un pays sur le plan énergétique de manière aléatoire. Dans l’attente de solutions énergétiques vertes fiables, nous sommes tous contraints de faire appel à des choix tels que le gaz, le charbon ou le nucléaire. Tous les pays ne peuvent investir autant, comme le fait l’Allemagne, dans les énergies renouvelables, sachant qu’elle doit avoir recours en parallèle au gaz et au charbon pour compenser l’arrêt programmé du nucléaire. L’Allemagne est face à un dilemme. Concernant la Pologne, il s’agit d’avoir une vision claire de l’avenir – plus propre – que nous souhaitons, et expliquer, partager les moyens pour mettre en oeuvre cette vision. C’est la meilleure façon de tendre vers une acceptation la plus large.

Comment envisager le développement de l’énergie nucléaire en Pologne ?

M. K. : Les petits réacteurs modulaires (SMR) sont une nouvelle filière qui pourrait émerger. La difficulté pour nous aujourd’hui est qu’ils sont moins compétitifs que les gros réacteurs. Il n'est pas question aujourd'hui de construire en Pologne une filière nucléaire basée, par exemple, sur le modèle français. Mais cette industrie présente une excellente opportunité de partenariat parce que le nucléaire lie les pays non pas pour quelques années mais quasiment pour un siècle. C’est une opportunité industrielle de construction d’une filière, de mise en oeuvre d’une haute technologie et de partenariats. L’Union européenne permet un tel accomplissement car nous avons beaucoup de défis communs à relever. La lutte pour le climat en est un.

© DR

La suite du dossier

controles_infographiev3.jpg

La protection de l’environnement et de la biodiversité fait partie intégrante des obligations de tout exploitant nucléaire, sur toute la durée de vie, en amont et en...

gb_ii.jpg

L’usine Georges Besse II est spécialisée dans l’enrichissement de l’uranium naturel avant de le transformer en combustible utilisable pour les réacteurs nucléaires.​