23.11.2016

Oz’er le nucléaire avec l’Australian Nuclear Association

ANA.jpg
Par Gaetan Metzger (SFEN)

L’Australian Nuclear Association (ANA) promeut la connaissance et l’utilisation de l’énergie nucléaire en Australie. Dans ce pays traditionnellement opposé à l’atome, sensibiliser les populations aux atouts de cette énergie bas carbone est un enjeu majeur de l’association créée par Rob Parker.

L’Australie : une oasis d’uranium

Historiquement, les pouvoirs publics se sont opposés à la production d’électricité d’origine nucléaire. Cette opposition s’est traduite juridiquement en 1999, avec l’inscription dans le code de l’environnement de l’interdiction pour les États d’installer des centrales nucléaires sur le territoire sans l’accord de l’échelon fédéral.

Cependant, depuis 2006 et le rapport Switkowki qui traite de la question nucléaire en Australie, le gouvernement infléchit sa position et étudie la possibilité de produire de l’électricité nucléaire.

Parallèlement, un site a été sélectionné en Australie méridionale en début d’année où serait créé un centre de stockage de déchets radioactifs de faible et moyenne activité. Des projets suivis de près par l’Australian Nuclear Association.

Actuellement, le charbon fournit 75 % de l’électricité du pays et la filière industrielle est également un vivier d’emplois pour le pays avec 150 000 travailleurs.

Les ressources énergétiques de l’Australie sont considérables, notamment en uranium. L’Oz abrite 33% des ressources uranifères connues à ce jour dans le monde.

Les missions et projets de l’ANA

Dans ce contexte, comment promouvoir les sciences et techniques nucléaires ? L’ANA développe un ambitieux programme de soutien à l’utilisation de l’énergie nucléaire, au travers de conférences (dont les programmes sont disponibles sur le site de l’association), de rencontres avec l’ensemble des acteurs du domaine de l’énergie.

L’association nucléaire australienne s’engage pour l’éducation et la formation de la société civile et politique.

« Éduquer et former la société civile et politique est un devoir »

Pour le président de l’ANA, « la promotion et l’éducation du public sur l’importance de l’énergie nucléaire dans le processus de lutte contre le changement climatique est primordial ». En ce sens, en mai 2015, l’ANA a rejoint Nuclear for Climate. Durant la COP21, plusieurs ingénieurs et scientifiques se sont mobilisés à Sydney et Melbourne.

La promotion et l’éducation du public sur l’importance de l’énergie nucléaire dans le processus de lutte contre le changement climatique est primordial

Pour le Président de l’ANA, «la promotion et l’éducation du public sur l’importance de l’énergie nucléaire dans le processus de lutte contre le changement climatique  est primordial.» En ce sens, en mai 2015, l’ANA a rejoint Nuclear for Climate. Durant la COP21, plusieurs ingénieurs et scientifiques se sont mobilisés à Sydney et Melbourne.

Rob Parker rappelle également le soutien de son association dans l’exercice de promotion des applications académiques, de recherches et médicales de la technologie nucléaire. Rob Parker explique que « le nucléaire, ce n’est pas que les centrales, il existe aussi une multiplicité d’actions possibles grâce à l’atome dans des domaines très différents. Il est important de l’expliquer ! ». Dans ce cadre, l’Australie a débuté la production d’isotopes à destination de la recherche et de la médecine.

Dans un sens plus large, l’ANA est un pôle d’organisation de conférences sur la promotion de la technologie nucléaire civile, en partenariat avec les acteurs locaux, régionaux et internationaux et  permet la rencontre de professionnels du secteur avec des élus. « Nous apportons les informations récentes sur l’énergie nucléaire, pour faire évoluer la règlementation restrictive sur tous les aspects de son utilisation » conclut Rob Parker.

Plus d’informations sur l’Australian Nuclear Association : www.nuclearaustralia.org.au