17.08.2016

Nuclear Industry Association, pas de Nukxit au Royaume-Uni !

Nuclear Industry Association, pas de Nukxit au Royaume-Uni !
Par la Rédaction

Le 29 juin 2016, en marge du salon mondial du nucléaire World Nuclear Exhibition, la SFEN et son homologue britannique la Nuclear Industry Association signaient un accord de partenariat, rappelant que, malgré le Brexit, les filières nucléaires française et britannique poursuivaient leur coopération.

Porte-parole du nucléaire britannique

La Nuclear Industry Association (NIA) est l’association professionnelle de la filière nucléaire britannique, dont elle est aussi porte-parole. Elle représente ainsi plus de 260 entreprises, dont les exploitants des 43 réacteurs nucléaires du Royaume, en fonctionnement ou arrêtés, les porteurs de projets nucléaires, les fournisseurs, tant dans les domaines du démantèlement, que du cycle du combustible, de la logistique, de l’ingénierie ou encore des déchets radioactifs.

La NIA soutient les entreprises adhérentes dans leurs démarches de développement au Royaume Uni et à l’étranger. De même, l’association fait, auprès du public, des médias et des décideurs, oeuvre de pédagogie et d’information sur l’énergie nucléaire et son rôle dans un bouquet énergétique bas carbone, notamment avec sa revue trimestrielle, Industry Link, publiée à 5 000 exemplaires.

Au Royaume-Uni, l’énergie nucléaire représente un cinquième de la consommation d’électricité et la filière emploie 64 000 personnes.

Pas de Nukxit en vue !

La signature de l’accord de coopération entre la SFEN et NIA le 29 juin est survenue une semaine après le référendum qui choisissait à plus de 51 % la voie du Brexit, autrement dit, la sortie à plus ou moins court terme de l’Union européenne. Comme l’a souligné Tom Greatrex, Directeur de la NIA, « (si) le Royaume-Uni va commencer le processus de sortie de l’UE, cela ne signifie certainement pas la fin de la coopération avec les Etats Membres (de l’UE) ». En effet, l’industrie nucléaire est une industrie mondiale, dans laquelle la France et le Royaume-Uni ont été précurseurs et le restent.

Pour Tom Greatrex, la signature de l’accord de coopération entre la SFEN et NIA « souligne l’importance de l’énergie nucléaire pour le développement durable et la nécessité de poursuivre la coopération entre les deux pays pour développer ensemble une nouvelle génération de nucléaire ». De plus, l’accord « aidera les entreprises partenaires à identifier des opportunités dans les deux pays ». Pour Christophe Béhar, Président de la SFEN, « la disponibilité et l’efficacité de l’énergie nucléaire dans la lutte contre le réchauffement climatique ne sont plus à prouver. L’accord signé renforce encore la collaboration entre (les) deux associations. Il favorise l’avancée des sciences et technologies nucléaires et le partage des connaissances entre les experts des deux côtés de la Manche. Par cet accord, nous soutenons le développement des projets nucléaires au Royaume-Uni afin que le pays dispose des meilleurs outils pour atténuer les effets du changement climatique ».

Pour en savoir plus : http://www.niauk.org.uk/