30.06.2016

Les lauréats des Prix SFEN fêtés à l’Ecole Normale Supérieure

4.jpg
Par la Rédaction

A l’issue de son Assemblée Générale qui s’est tenue le 23 juin 2016 à l’amphithéâtre Dussanne de l’Ecole Normale supérieure, rue d’Ulm à Paris, la SFEN a récompensé les travaux de recherche et d’information en matière d’énergie nucléaire de 18 lauréats. 9 Prix et mentions ont été remis.

Le Grand Prix SFEN

Le Grand Prix SFEN récompense une grande contribution de caractère scientifique. Il a été remis à Jacques ROUAULT, Frédéric VARAINE (CEA), David SETTIMO (EDF) et Jean-Marie HAMY (AREVA) pour l’avant-projet sommaire d’ASTRID remis fin 2015 au gouvernement,

L'Avant-Projet Sommaire (APS) du réacteur à neutrons rapides de 4ème génération ASTRID (Advanced Sodium Technological Reactor for Industrial Demonstration) s'est terminé fin 2015 avec la remise d'un rapport au gouvernement français, fruit de 6 ans de travaux menés par plus de 600 ingénieurs, chercheurs et techniciens sous la maitrise d'ouvrage du CEA avec AREVA et EDF. Cet APS a fédéré plus d'une dizaine d'industriels français et internationaux : ALSTOM, BOUYGUES, JACOBS, COMEX Nucléaire, ROLLS-ROYCE, AIRBUS Defence & Space, TOSHIBA, JAEA, VELAN, TECHNTCS et CNIM.

L’APS d’ASTRID s'appuie également sur les recherches menées depuis 2006 par les différents organismes et sur le retour d'expérience des réacteurs à neutrons rapides. Il a permis de valider de nombreuses options innovantes qui devront être confirmées dans l'Avant-Projet Détaillé (APD), pour respecter les critères définis internationalement pour les réacteurs de 4ème génération : durabilité, fiabilité, non prolifération, économie, sûreté et la prise en compte des enseignements de l'accident de Fukushima Daiichi.

Les innovations sont notamment :

  • un nouveau design du coeur du réacteur, naturellement résistant aux transitoires accidentels ;
  • l’étude d’un échangeur sans eau pour supprimer les risques de réaction chimique entre le sodium et l’eau ;
  • un récupérateur de coeur fondu (corium) intégré à la cuve du réacteur et dimensionné pour gérer l’ensemble du corium issu d’un accident hypothétique de fusion globale du cœur.

La qualité de ce document, des travaux réalisés et du projet présenté correspondent parfaitement à la loi du 28 juin 2006 qui a conduit à poursuive cette aventure. Reste maintenant à passer à l'étape suivante, l'Avant-Projet Détaillé (APD).

Une mention a été remise à Jean-Pierre Hutin (retraité EDF) pour son ouvrage La maintenance des centrales nucléaires, publié aux Editions Lavoisier.

1.jpg
 

Le Prix SFEN de l’innovation technologique

Le Prix SFEN de l’innovation technologique a été remis à Jean-Philippe Sibert (ONET Technologies), Yves Soulabaille et Samuel Blanchard (CEA) pour leur étude, réalisation et mise en oeuvre d’un système de démantèlement télé-opéré pour le démantèlement d’équipement en Haute Activité incluant un procédé de découpe laser.

Ce système MAESTRO couple un bras télé-opéré à 6 axes et un laser de forte puissance permettant de découper des épaisseurs importantes dans un environnement très radioactif empêchant l'intervention humaine. L'association avec la réalité virtuelle permet de simuler l'intervention, voir les limites de l'outillage et d'entrainer les opérateurs. C’est une source de réduction de la durée de l'intervention, de la dose intégrée par l'équipement et donc de réduction de coûts. La facilité de mise en oeuvre en télé-opération et la réduction des aérosols produits lors de la découpe sont d’autres avantages du dispositif.

MAESTRO a été mis en oeuvre avec succès pour la première fois fin 2015 sur le site CEA de Marcoule pour le démantèlement de dissolveurs de combustibles usés de l’UP1 en déconstruction.

C’est le seul projet non japonais retenu par le METI japonais pour la découpe du corium des réacteurs endommagés de Fukushima Daiichi.

Une mention a été remise à Frédéric Chartier, Hélène Isnard, Anthony Nonell, Thomas Vercouter et Laurent Vio du CEA pour leur procédé innovant de séparation miniaturisé couplé à la spectrométrie de masse pour la caractérisation de haute précision de combustibles nucléaires usés.

3.jpg
 

Prix Jean Bourgeois

Le Prix Jean Bourgeois récompense un-e chercheur-e pour son travail de thèse. Il a été attribué à Nesrine Gharbi (CEA) pour sa contribution à la compréhension de la déformation sous irradiation des alliages de zirconium à forte dose des assemblages combustibles des réacteurs à eau pressurisée.

Nesrine GHARBI a préparé sa thèse au Service de Recherches Métallurgiques Appliquées de la Direction de l'Energie Nucléaire du CEA à Saclay en partenariat avec AREVA, sous la direction de Xavier FEUGEAS de l'Université de La Rochelle. Mme GHARBI a étudié l'évolution de la microstructure des alliages de zirconium recristallisés, sous irradiation par particules chargés dans l'installation JANNUS et simultanément sollicités en tension ou en compression. Nesrine GHARBI a proposé un modèle multi-échelles prédictif permettant de décrire à la fois cette microstructure et le comportement macroscopique sous flux de ces matériaux. Ce modèle reproduit le comportement macroscopique des tubes en réacteur et a permis de rendre compte du couplage entre la croissance et le fluage d’irradiation à l’échelle macroscopique.

Ce travail, présenté dans 5 conférences internationales et 2 publications au cours de la thèse, constitue une avancée décisive dans la compréhension du grandissement des assemblages combustibles constaté dans les réacteurs à eau pressurisée.

Deux mentions ont été attribuées à Axel Laureau et Cyril Patricot pour leurs travaux sur la modélisation des coeurs des réacteurs de 4ème génération : Axel Laureau (CNRS/IN2P3) pour le développement de modèles neutroniques pour le réacteur à neutrons rapides à sels fondus et Cyril Patricot (CEA) pour les couplages multi-physiques neutronique / thermique / mécanique pour les réacteurs à neutrons rapides.

5.jpg
 

Le Prix Jacques Gaussens

Le Prix Jacques Gaussens est attribué à Isabelle Ramière (CEA), jeune chercheure, pour ses travaux de recherche autour de méthodes numériques innovantes pour les codes de calcul en soutien à l’industrie nucléaire.

Ingénieure-chercheuse au Service d'Etudes et de Simulation du Comportement des Combustibles (SESC) du CEA Cadarache, Mme RAMIERE est une mathématicienne qui s’est spécialisée dès sa thèse dans le développement de méthodes de calcul pour le nucléaire. Les méthodes numériques qu’elle a développées dans ses travaux, déjà récompensés en 2007 par le prix Jean Bourgeois, ont permis un gain de calcul et de stockage importante lors d'une simulation complète d'un générateur de vapeur.

Après deux ans au laboratoire de Modélisation et Imagerie en Géosciences de Pau (CNRS TOTAL et Université) où elle a mis ses compétences à la disposition de la modélisation des fonds marins, elle a rejoint le CEA pour contribuer à l'intégration de nouveaux outils numériques notamment dans un procédé de retraitement du combustible. Depuis 7 ans, Isabelle RAMIERE développe pour la plateforme de simulation du combustible PLEIADES de nouveaux algorithmes visant à améliorer la précision et les performances des codes de calcul.
Isabelle Ramière est l’auteure d'une dizaine de publications dans des revues scientifiques internationales et d'une quinzaine communications à des conférences internationales. Depuis 2013, elle assure un cours à l’INSA Rouen sur les méthodes numériques pour la simulation du combustible nucléaire. Elle encadre actuellement 3 thèses.

4.jpg
 

Le Prix SFEN de l’Information du Public

Le Prix SFEN de l’Information du Public salue une oeuvre consacrée à l'énergie nucléaire contribuant à l'information du public (livre, exposition, conférence, action à audience régionale, nationale ou internationale). Il a été remis à Marc Ammerich (CEA) pour son livre La radioactivité sous surveillance et autres notions en radioprotection paru chez EDP Sciences.

Didactique et concret, cet ouvrage de 175 pages s'adresse à un très large public. Il aborde toutes les facettes de la radioprotection : détection, protection, réglementation, sources naturelles, artificielles, médicales, industrielles, nucléaires…

Ce livre, sans formules mathématiques complexes, se lit agréablement grâce à une alternance équilibrée de textes, d’encarts historiques, de définitions, de photos, de dessins, d’anecdotes et de messages à retenir.

Spécialiste de la radioprotection depuis plus de 30 ans, Marc Ammerich a su sélectionner les bonnes questions et y apporter des éléments de réponses clairs avec différents niveaux de lecture. Il est également co-fondateur du site internet www.rpcirkus.org

2.jpg
 

Les Prix SFEN 2016

Depuis 1983, la SFEN récompense par des Prix décernés annuellement, des travaux, études, mémoires et autres contributions traitant du nucléaire sous ses aspects scientifiques et techniques. Pour cette édition 2016, plus d’une quarantaine de dossiers a été examinée par le Comité des Prix SFEN, présidé par Philippe Dubuisson (CEA).

Héritière d’une tradition d’excellence dans le domaine des sciences physiques et techniques, la recherche nucléaire est une recherche de pointe dans les méthodes qu’elle utilise. C’est une recherche ouverte et collaborative, qui couvre tous les domaines, de la recherche fondamentale à la plus appliquée. Elle fait l’objet de nombreux brevets.