14.03.2017

Les importantes perspectives de la filière nucléaire en Normandie

les_importantes_perspectives_de_la_filiere_nucleaire_en_normandie.jpg
Par la rédaction

Plus de 350 personnes du monde industriel et économique ont participé à la première Journée d’Affaires du Nucléaire Normand (JANN) organisée par Nucleopolis et Energies Normandie le 9 mars 2017 à Rouen au sein de l’ESIGELEC, partenaire de cet évènement aux côtés de la Région, la CCI Normandie, le GIPNO, EDF et AREVA. Cette journée a été l’occasion de mettre en lumière le poids économique considérable de la filière nucléaire en Normandie, de donner aux entreprises normandes une visibilité sur les opportunités de marché importantes pour les années à venir et a permis de nouer des contacts commerciaux dans le cadre de 400 rendez-vous d’affaires.

Le nucléaire fait partie de l’identité économique de la Normandie

Dans le domaine de l’énergie, la Normandie compte des installations industrielles nucléaires majeures dont trois sites de production (Paluel, Penly et Flamanville, qui comprend également le premier EPR français), un site de traitement-recyclage des combustibles unique au monde (La Hague), une usine de construction de sous-marins nucléaires (Cherbourg) et le centre de stockage de la Manche.

« En incluant le domaine du nucléaire santé, ce sont plus de 18 000 salariés qui travaillent directement pour ce secteur en Normandie dont 4 300 au sein d’EDF et 5 100 chez AREVA » a tenu à rappeler Serge Bouffard, président de Nucleopolis.

Plus de 18 000 salariés travaillent directement dans la filière nucléaire.

Au-delà des emplois directs et indirects, le montant annuel des achats opérés par les grands donneurs d’ordre en Normandie est considérable : 318 millions d’euros pour EDF et près de 400 millions pour AREVA. En y ajoutant la fiscalité et les salaires, l’impact économique annuel de la filière nucléaire en Normandie est donc largement supérieur au milliard d’Euros.

Selon Sophie Gaugain, 1ère vice-présidente de la Région en charge du développement économique, le nucléaire fait partie de l’identité économique de la Normandie : « Le nouveau système économique mis en place par la Région Normandie trouve sa démonstration concrète dans des journées comme celle-ci (cf. JANN). Le travail en réseau permet le développement des activités économiques et de renforcer l’attractivité de la Normandie sur ses filières stratégiques, dont la filière énergie. »

Des millions d’Euros de marchés pour les entreprises normandes dans les 5 ans

Dominique Minière, Directeur Exécutif du Groupe EDF, en charge de la Direction du Parc Nucléaire et Thermique, et Eric Chassard, Directeur Exécutif New AREVA en charge de la Performance et de la BU AREVA Projets, ont fait le déplacement pour rappeler l’attachement de leur Groupe à la Normandie et présenter les importants investissements prévus dans cette région dans les années à venir : Grand Carénage des réacteurs nucléaires (2014 – 2024), démarrage de l’EPR de Flamanville (fin 2018), grands projets d’investissements dans le domaine du recyclage et du démantèlement pour AREVA la Hague… Sans oublier les retombées économiques pour les entreprises normandes du chantier de construction des deux EPR d’Hinkley Point au Royaume-Uni (2019-2025). Au total, plusieurs centaines de millions d’euros de marchés seront à conquérir chaque année pour les entreprises normandes.

Ces projets ont déjà eu des retombées économiques sur le territoire. Dans le cadre du programme grand Carénage d’EDF, Brice FARINEAU, Directeur de la centrale de Paluel explique : « Depuis 3 ans, 30 % des marchés industriels passés directement par les sites EDF de Paluel et Penly ont été attribués à des entreprises normandes, pour un chiffre d’affaires global de 91 millions d’euros. Du côté des travaux immobiliers, 90 % des parts de marché (soit près de 3 millions d’euros) ont été attribués à des entreprises locales ou à des antennes locales de groupes nationaux. »

Les installations nucléaires du cycle du combustible créaient également de l’activité, à l’image de l’usine AREVA de La Hague, comme le précise Frédéric Gouyaud, Directeur des grands projets du site « Le site AREVA La Hague a lancé un grand programme d’investissements pluriannuel relatif à la sûreté, à la pérennité des installations de recyclage et également aux opérations préalables au démantèlement de notre première usine. Ces projets vont générer une moyenne annuelle de 100 millions d’Euros d’achats supplémentaires entre 2017 et 2022. En rajoutant les achats liés à l’exploitation récurrente de nos deux usines, le volume d’achats prévisionnels est de l’ordre de 640 millions d’Euros par an contre 540 dans le passé, dont 74 % était constitué d’achats en Normandie ».

EPR : ce sont près de 4 000 offres d’emploi qui ont été pourvues sur le chantier depuis son démarrage.

Le nucléaire : des métiers qui recrutent, des formations qualifiantes

Les chantiers qui s’ouvrent en Normandie et outre-Manche nécessitent une main d’œuvre nombreuse et qualifiée. Ainsi sur le seul site de Paluel, en deux ans ce sont 450 emplois qui ont été créés pour le Grand Carénage, chez EDF ou chez ses fournisseurs. Et si le chantier de construction de l’EPR touche bientôt à sa fin, ce sont près de 4 000 offres d’emploi qui ont été pourvues sur le chantier depuis son démarrage. Aujourd'hui EDF prépare le début de l’exploitation de ce nouveau réacteur, avec des activités de maintenance qui s’enchaîneront à partir de 2019.

« Côté AREVA en Normandie, face aux importantes perspectives d’activités sur nos sites et à l’international, nous avons besoin à la fois d’entreprises partenaires innovantes et performantes mais aussi de renforts en compétences dans nos métiers à fort contenu technologique tels que la sûreté, l’ingénierie, la conduite d’installations, la fabrication mécanique, le démantèlement » a rappelé Eric Chassard.

Crédit photo : Jayet Stéphanie / EDF