14.02.2017

« Le code AFCEN : de la science et de la pratique industrielle »

le_code_afcen_de_la_science_et_de_la_pratique_industrielle.jpg

Du 28 février au 2 mars, l’AFCEN, l’association qui accompagne les industriels dans la mise en place des règles techniques applicables au secteur, tient son Congrès à Lyon. Ce grand rendez-vous permettra de présenter les nouvelles éditions de codes, allant parfois très loin dans la refonte. Passage en revue des enjeux et de l’actualité avec Claudie Ancelin, présidente de l’association.

Quel est le rôle de l’AFCEN ?

Claudie Ancelin - Notre rôle est d’expliquer comment respecter les exigences édictées par l’ASN en utilisant un ensemble cohérent de règles, de pratiques, de gestes de conception ou de fabrication, qui ont prouvé leur pertinence.

Nous appelons cet ensemble de règles techniques des « codes ». Ces codes sont tirés de l’expérience ou de programme de recherche qui ont trouvé leur aboutissement dans une pratique industrielle qui est décrite et qui fait sens économiquement.

Un code de mécanique va indiquer les règles de conception applicables, les matériaux à utiliser, les techniques de fabrication autorisées, les contrôles qu’il faut réaliser, et enfin les règles de suivi en service de l’équipement.

Notre rôle est d’expliquer comment respecter les exigences édictées par l’ASN

Combien y’a-t-il de codes ?

CA - Il y a des codes dans différents champs techniques.

Au départ, l’AFCEN a beaucoup travaillé sur le code de construction des équipements mécaniques (RCC-M), ainsi que dans les domaines électrique et génie civil.

Depuis, le champ d’action a été élargi avec : un code mécanique pour les réacteurs expérimentaux et les réacteurs à neutrons rapides (RCC-MRX), et six codes pour les réacteurs à eau pressurisée, dont deux codes dans le domaine mécanique (RCC-M pour la fabrication et RSE-M pour le suivi en exploitation), un code pour l’électricité et le contrôle-commande (RCC-E), un code pour le combustible nucléaire (RCC-C), un code pour le génie civil (RCC-CW), et un code pour l’incendie (RCC-F).

Pourquoi les codes sont importants ?

CA - Un réacteur nucléaire est une construction complexe qui mobilise les savoirs et les savoir-faire de milliers d’hommes et de femmes provenant de disciplines très variées. Leur travail doit aboutir à un ensemble logique et cohérent, répondant à la fois à des enjeux de sûreté et de performance économique. C’est pourquoi, il est indispensable de disposer de règles écrites et partagées par l’ensemble des acteurs.

A partir de 2010, l’AFCEN s’est tournée vers l’international et s’est ouverte au-delà de ses membres fondateurs, EDF et AREVA. Ce double mouvement d’ouverture constitue le nouvel enjeu pour la rédaction de règles techniques qui sont portées par des collectifs d’experts plus larges et ainsi plus légitimes dans le contexte industriel actuel. La Chine est historiquement le premier champ de déploiement international des codes AFCEN, avec plus de 44 réacteurs conçus sur la base de ces codes, dont 30 réacteurs sont aujourd’hui exploités et 14 en cours de construction ; le Royaume Uni est le second pays fortement contributeur, dans le cadre du projet de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point, et deux réacteurs à Sizewell.

Ces échanges internationaux permettent d’enrichir et de consolider nos codes. 

Pourquoi l’arrêté ESPN a-t-il mis du temps à se mettre en place ?

CA - L’arrêté ESPN est souvent assez simple dans son expression mais devient beaucoup plus compliqué quand il s’agit de produire les modes de preuve des exigences associées. C’est sur la définition de ces modes de preuve que des discussions ont eu lieu entre l’ASN et les fabricants. Des discussions dans lesquelles d’ailleurs l’exploitant EDF n’était pas associé.

Pour se sortir de cette situation pénalisante pour les projets industriels, des travaux ont été relancés en 2015 en tripartite (AREVA, EDF et ASN) pour définir un programme sur trois ans permettant d’aboutir à des codes mécaniques pour la fabrication (RCC-M) et pour le suivi en exploitation (RSE-M), qui soient conformes à la réglementation EPSN en 2018. Ce travail est réalisé sous l’égide de l’AFCEN.

. Entre 2015 et 2017, tous nos codes auront eu une nouvelle édition majeure.

Quelles sont les grandes avancées à venir ?

CA - Beaucoup de publications sont à venir, ce qui démontre la vitalité de notre association. Entre 2015 et 2017, tous nos codes auront eu une nouvelle édition majeure, qui parfois va très loin dans la refonte. Par exemple, dans les prochaines semaines, nous prévoyons de mettre en ventre une nouvelle version du code pour l’électricité et le contrôle-commande (RCC-E).

Ces nouvelles versions de codes sont le fruit de quatre ans d’écriture et ont mobilisé des dizaines d’experts du domaine considéré.