03.07.2017

Foratom, aux avant-postes d’une politique énergétique européenne ambitieuse

atomium-brussel.jpg
Par Tristan Hurel et Boris Le Ngoc (SFEN)

Situé au coeur de Bruxelles, à deux pas de la Commission européenne, Foratom porte la voix de l'industrie nucléaire auprès des institutions européennes. Le forum est au coeur de sujets brûlants comme le"Brexatom" (contraction de Brexit et d'Euratom), le programme Horizon 2020 sur les investissements de R&D de l'UE, etc.

Le nucléaire fournit 50 % de l’électricité bas carbone européenne

Foratom regroupe 15 associations nucléaires européennes, et représente 800 entreprises et 800 000 emplois européens de la filière nucléaire.

En plus de la contribution qu’apporte cette industrie à l’économie, l’atome fournit 27 % de l’électricité de l’UE et surtout la moitié de sa production d’électricité bas carbone.

D’ici 2050, l’UE sera confrontée à d’importants défis puisque 90 % des installations nucléaires actuellement en exploitation devront être remplacées. La Commission évalue ces investissements entre 350 et 450 milliards d’euros [1].

« Si elle souhaite tenir l’objectif de réduction de 80 % de ses émissions de CO2, l’UE devra s’appuyer sur l’énergie nucléaire » souligne Bertrand de l’Epinois, Président de Foratom [2].

La politique énergétique de l’autruche

En dépit des atouts environnementaux de l’atome, la Commission semble ignorer cette solution. Dans son dernier livre [3], l’actuel Directeur général de Foratom décrypte : « la Commission européenne, tétanisée par les divisions des gouvernements, est paralysée : pas question pour certains des membres du Collège de donner le moindre signe qui apparaîtrait comme favorable à l’énergie nucléaire. »

Pour lui, « la politique énergétique de l’Europe va droit dans le mur. » Au Parlement européen, le Forum rencontre régulièrement les membres de la commission ITRE (Industrie, recherche et énergie) et ENVI (Environnement, santé publique et sécurité alimentaire) et les appelle à réorienter la politique énergétique de l’UE. Le Forum contribue aussi aux travaux du groupe « questions atomiques » (Council’s Atomic Questions Group) du Conseil de l’UE chargé de coordonner les politiques des États membres en matière de radioprotection, desûreté et de gestion des déchets radioactifs.

Les positions de Foratom

Foratom participe activement au débat d’idées et prend position sur un certain nombre de sujets. Début 2017, à la suite de la publication par la Commission européenne des résultats du 2e appel à projets de R&D 2016-2017 du programme Euratom Horizon 2020, Foratom a ainsi plaidé en faveur d’un renforcement de la recherche nucléaire, actuellement centrée sur les déchets et la sûreté.

Le Forum plaide également pour que la Commission instaure des mécanismes permettant d’inciter les investisseurs à financer des projets de production d’électricité à faible émission de carbone. Il estime que l’UE devrait s’en tenir au principe de neutralité technologique, laissant aux États membres le choix des moyens pour atteindre les objectifs de réduction de gaz à effet de serre.

Du « Brexit » au « Brexatom »

Suite à la décision du Royaume-Uni de sortir de l’Union européenne et du traité Euratom, Foratom a mis en place un groupe de travail dédié permettant d’évaluer l’impact du Brexatom dans les relations anglo-européennes. Foratom veille ainsi à ce que l’UE demeure un leader du nucléaire dans le monde.

Photo : Un an après Euratom, l’Atomium de Bruxelles représentait la foi dans le progrès scientifique et technique

1.

Programme indicatif nucléaire - Commission européenne.

2.

Rapport annuel – Foratom (2016).

3.

« L’Europe à tous vents. Chronique d’une ambition énergétique manquée. » Académie royale de Belgique.