01.09.2015

Fissuration par fatigue d’un tube de générateur de vapeur

nucleaire_2.jpg
Par Marc Boccanfuso, Julie Lorthios, Yannick Thébault, Blandine Bruyère, Laure Duisabeau - EDF CEIDRE et Emmanuel Herms - CEA DEN/DPIE

En février 2008, à la centrale de Fessenheim, une fuite primaire vers le secondaire survient sur le générateur de vapeur 3 de la tranche 2. Une fissure circonférentielle de fatigue est observée au niveau de la plaque entretoise (PE) supérieure pour le tube R12C62. Pourtant, l’évaluation du rapport de stabilité effectuée pour prendre en compte certains événements internationaux antérieurs avait conclu que ce tube n’avait pas de risque d’instabilité fluide-élastique.

En 2011, AREVA développe un nouveau procédé d’extraction de tube, avant le remplacement du générateur de vapeur (GV). L’extraction à l’altitude de la PE la plus élevée était une « première » sur un réacteur à eau pressurisé (REP) d’EDF. Des examens destructifs menés dans le laboratoire d’EDF CEIDRE de Chinon ont permis de caractériser les mécanismes d’endommagement en jeu lors des phases d'initiation et de propagation.

Les principaux résultats des examens de laboratoire qui conduisent à exclure le scénario d’instabilité fluide-élastique, contrairement aux incidents de rupture de tube à North-Anna1 (1987) et Mihama2 (1991), sont présentés ici. L’analyse des résultats, avec une attention particulière sur la description de la surface de rupture, à base d’observations par microscopie à balayage électronique et d’examens métallurgiques, fournit des éléments nouveaux concernant les facteurs aggravants des dommages de fatigue et oriente les calculs mécaniques pour l’analyse des causes profondes.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.