06.11.2017

Avec le CFETR, la Chine accélère le développement de la fusion nucléaire

cfetr_bd.jpg
Par Yuanxi WAN et Yingkun XI, académiciens

La première phase du conception du China Fusion Engineering Test Reactor (CFETR) a été achevée en 2015. Dans le douzième plan quinquennal de la Chine, (2010-2015), environ 1 milliard de RMB yuan (130 millions d’euros) a été investi dans la conception de la machine, la R&D de composants clés, ainsi que dans des programmes de pépinières de talents et de formation. Bien que la date de construction du CFETR n’ait pas encore été fixée, un budget supplémentaire devrait être alloué dans les prochaines années pour poursuivre la conception technique, la R&D, et la mise en place de moyens d’essais. Le CFETR a pour but essentiel de combler l’écart entre ITER et le futur réacteur à fusion commercialisable, ce qui en fait un projet à la fois passionnant et extrêmement ambitieux. La Chine pose les premiers jalons… et non des moindres.

La fusion nucléaire permettra de produire une grande quantité d’énergie bas carbone à partir d’un combustible abondant et équitablement réparti sur la planète : l’eau. Cette énergie pourrait contribuer à répondre à une demande
d’électricité en forte croissance tout en préservant l’environnement.

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.