31.08.2017

7/11 - Renouveler les compétences et intégrer les nouvelles générations

7-11_formation.jpg
Par Murielle Hautemule, directrice des ressources humaines de la Direction du parc nucléaire et thermique d’EDF et Jean Cassingena, directeur Emploi, Diversité, Performance de New AREVA

Depuis 2012, les entreprises de la filière nucléaire ont rajeuni leurs effectifs. Dans une industrie de pointe qui exige une culture technique solide, EDF, AREVA et le CEA veillent à assurer la continuité du savoir-faire entre les générations. Face aux nouveaux chantiers, ces grands acteurs mettent en place également des programmes permettant aux salariés de développer de nouvelles compétences tout au long de leur carrière. D’importants moyens sont ainsi engagés dans la formation continue. En 2017, le total représente plus de 4,5 millions d’heures de formation technique et un coût de 370 millions d’euros par an rien que pour EDF, AREVA et le CEA.

L’industrie nucléaire française constitue l’une des toutes premières filières industrielles conférant à la France une place de premier plan sur la scène internationale. Depuis l’origine, son expertise scientifique et technique est un de ses atouts majeurs qu’elle a su construire au cours de plusieurs décennies de recherche et développement technologique et industriel. Cependant, dans le contexte actuel d’une concurrence accrue pour le recrutement entre les acteurs industriels et la relative baisse d’intérêt des jeunes générations pour les sciences et technologies, la filière se trouve confrontée : 

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.

La suite du dossier

trihom-2017-062.jpg

Le plus grand centre de formation aux métiers du nucléaire a ouvert ses portes début juillet à Équeurdreville dans la Manche.

3-11_formation.jpg

La filière nucléaire forme ses professionnels aux métiers de demain : exploitation des réacteurs, simulation, démantèlement, etc.