06.11.2017

5/10 - Un Hualong multiforme

hpr1000-1.jpg
Par Dominique Ochem, conseiller nucléaire à l’ambassade de France en Chine, et Loeïza Cavalin, adjointe du conseiller nucléaire à l’ambassade de France en Chine.

Le réacteur chinois, baptisé « Hualong 1 », littéralement « dragon chinois », ou HPR1000 pour sa version internationale, est un réacteur à eau pressurisée de 1 000 MW issu de deux programmes différents de la CNNC et de la CGN et appelé à converger. Cet été, la National Energy Administration (NEA) a donné son accord pour les propositions de la Hualong Pressurized water reactor Technology Corporation (HPTC), développé conjointement par la CGN et la CNNC, concernant la définition d’un Hualong commun. Si ce projet aboutit, la Chine sera en capacité de proposer un modèle de réacteur de 3e génération pour son marché intérieur et pour l'export.

Un peu d'histoire

Deux modèles distincts…

En 2010, la CGN a lancé le développement de l’ACPR1000 (Advanced, Cost competitive, Proven-Technology, Reliable), une évolution du M310 de Daya Bay et Ling Ao. Après l’accident de Fukushima et à la suite de nouvelles améliorations apportées au niveau de la sûreté, il est devenu l’« ACPR1000+ ».

Prolongez la lecture de la RGN

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite, abonnez-vous
à la Revue Générale Nucléaire.